festival du féminin bangkok 2017 portrait

Seconde Edition du Festival du Féminin

Bangkok se prépare à accueillir la seconde édition du Festival du féminin, le vendredi 24 et samedi 25 mars prochain à l’hôtel VIE dans un lieu feutré chaleureux du  MCGallery par Sofitel  du groupe Accor au pied du métro Ratchathewi.

Le Festival du féminin fait partie d’un grand mouvement international initié à Paris par le Centre Tao et qui depuis rayonne dans toute la France, les pays francophones et se développe rapidement sur les 4 continents. La Thaïlande a été le premier pays d’Asie à organiser un tel événement l’année dernière, il est suivi cette année par Singapour (1-2 Avril) puis Hong Kong (28-29 octobre), deux « bébés » du festival de Bangkok 2016  durant lequel deux participantes tout simplement  touchées et transformées de ce qu’elles y ont vécu, ont souhaité à leur tour l’offrir et le faire connaitre dans leur pays.

logo-festival-du-féminin-300x300

 Un festival du féminin pourquoi faire ?

En allant du côté du site du festival du féminin, voilà ce qu’on y lit : « La femme contemporaine a soif de sens et de liberté ». Douce alchimie du Yin-Yang, elle désire danser ses polarités et participer au ré enchantement du monde. (Note de CB, c’est joli, cela ré enchanter le monde) Elle s’interroge sur qui elle est et sa place dans la société : l’accès à sa féminité, à son plaisir, à sa créativité et à son épanouissement ; elle se confronte encore à toutes formes de tabous.

Depuis mars 2012, l’aventure du Festival du féminin répond à ces aspirations en tissant une toile d’amitié, de rencontres et d’expériences à travers les pays. Pour permettre à la femme, sans enjeu, d’accéder à son être profond, l’événement est entièrement consacré et dédié aux femmes. Également animés par des femmes expérimentées, des ateliers pratiques se succèdent pendant deux  jours pour une exploration corporelle et une expérience initiatique vécues dans la sensorialité, l’enracinement, la vulnérabilité, la puissance et une harmonie « chaordique ».

 Une expérience à vivre

Pendant deux jours,  ou un jour seulement, ce festival, uniquement dédié aux femmes, leur permet de se rassembler, se parler, se rencontrer, se reconnaître et au travers d’un riche programme d’ateliers interactifs de vivre ensemble en conscience des expériences de connexion ou reconnexion d’abord avec  elles mêmes puis seulement alors en résonance avec  les autres femmes.

C’est une aventure joyeuse, ludique,  puissante, vibrante dans l’intimité de son être, de son ouverture psychique, sensorielle et spirituelle qui ne se laisse pas raconter, encore moins phagocytée par le mental mais se déploie et se ressent de façon de plus en plus subtile par le voyage des émotions, au cœur de son intériorité.

A moins de 5 jours du lancement du grand jour, nous  avons retrouvé  Sylvie Baradel, son organisatrice qui le porte depuis deux ans avec  passion pour permettre au plus grand nombre de femmes de le découvrir et de le vivre.

Sylvie baradel festival du féminin bangkok 2017

Dans l’effervescence des derniers jours, elle me raconte ses 10 coups de cœur de cette seconde édition.

  1. Un programme de rêve porté par une équipe chaleureuse et soudée 

Cette année le choix a été de permettre des liens entre des intervenantes locales ou régionales et les festivalières. Il suffit de regarder la force, le sourire et la générosité qui se dégage de tous ces visages. Il y en a pour tous les goûts, des ateliers plus dynamiques ou plus intimistes, corporels ou plus émotionnels, mais tous sont des supports pour initier cette alchimie. Le programme est tellement riche entre chant, danse, cercle de pardon, enseignement philosophique, constellations familiales, rituels, expressions primitives, connexions totémiques mémoires akashiques (c’est quoi ça!?), création artistique…qu on regrette presque déjà d’avoir à choisir et de ne pas pouvoir tout faire… 🙂

festival du féminin bangkok 2017 portrait

  1. Un concert de bols tibétains chantants le vendredi soir 

C’est pensé comme un moment super agréable pour se poser, se relâcher, laisser décanter les émotions de la journée et se laisser porter par l’alternance des sons cristallins suspendus et la beauté vertigineuse du silence. L’année dernière j’avais choisi des extraits de la pièce d’Eva Ensler « les monologues du vagin » mais comme ce sont des textes forts et engagés, ils ne se prêtaient pas à la relaxation, comme ce sera le cas cette année.

  1. Une table ronde qui réunit 6 femmes Thaï pour échanger sur les enjeux, les résistances et les défis de la femme Thaï dans la société contemporaine 

C’est ma plus grande satisfaction, j’y travaille depuis presque deux ans à en parler autour de moi, à fédérer des femmes Thaï et les inviter autant qu’elles le pourront à  s’exprimer sans langue de bois pour inspirer, encourager, soutenir d’autres femmes Thaï à oser et trouver leurs chemins entre pression sociétale et leurs aspirations plus personnelles. Six femmes Thaï entre 25 ans et 60 ans pour je l’espère autoriser, sinon libérer une parole dans le cadre bienveillant du festival du féminin. C’est aussi une passerelle que je souhaitais pour toutes les femmes « farang » de pouvoir entendre, écouter directement des femmes Thaï au delà des clichés portés par chaque groupe.

  1. Deux temps forts de cérémonie d’ouverture et de fermeture 

Ce sont deux moments où toutes les festivalières se retrouvent avec aussi l’ensemble des intervenantes, pour vivre le collectif du groupe. Je souhaite à toute femme de pouvoir ressentir une fois la force et la beauté indicible d’un lien qui se fait sentir dans la reconnaissance de l’autre comme un prolongement de moi même, dans nos joies et dans nos souffrances inscrites, dans nos cellules et portées  par nos lignées familiales ancestrales. Ressentir et toucher du doigt cet ancrage et cette reconnaissance fait sûrement partie des moments les plus forts les plus émouvants de ce Festival.

  1. Soutenir la cause des MGF Mutilations Génitales Féminines 

C’est une cause qui me tient à cœur depuis longtemps, pour qu’on ne dise pas, on ne savait pas ou que cela ne nous concerne pas ou qu’on reste une majorité silencieuse indifférente qui pense que cela ne se passe pas à notre porte. Exciser (couper au rasoir le clitoris) infibuler (coudre les lèvres) sont des pratiques sans nom sans aucune justification de rien possible  qui perdurent encore aujourd’hui, plus de 200 millions d’enfants et de femmes concernées, il y va de la trilogie penser parler agir…

festival du féminin bangkok 2017

  1. Une belle toile d ‘amitiés

Que ce soit pendant, en préparation ou après, un festival c’est la mise en liens avec beaucoup de personnes, et si c’est un travail de pionnière titanesque, parfois solitaire pour toute la partie organisationnelle de l’iceberg. C’est aussi dans le quotidien, ce sentiment d’être soutenue et voir comment ce festival commence à prendre son envol et qu’il est attendu. Mais surtout je n’aurais pas puisé sur cette seconde année consécutive l’énergie et la concentration de le porter si je ne n’avais pas été moi même, profondément émue et touchée des témoignages de remerciement, de gratitude, d’encouragement des festivalières elles mêmes, venues par simple curiosité sans attente de rien et repartant radieuses, rayonnantes, pétillantes, gonflées à bloc, avec du jus, de la sève parce qu’il y aura eu, même pour une seconde d’éternité une ouverture et une transmission de cœur à cœur et d’âme à âme, que des cuirasses seront tombées .

  1. Un coin cocooning

J’espère qu’on aura le temps de s’en occuper. Nous disposons de tout un étage et avons décidé de transformer une toute petite pièce en une tente rouge, quand au temps des sociétés amérindiennes, les femmes quittaient maison et famille pour venir le temps de leur cycles se ressourcer, se reposer et prendre soin d’elles, prendre soin de leurs facultés extrasensorielles en communion avec le monde sensible. De cette pièce, nous souhaitons garder l’esprit maison de poupée, comme l’espace d’un espace sacré où il fait bon retourner et s’y ressourcer.

  1. Rire, se faire plaisir, se sentir belle, rayonnante, sensuelle, intuitive, créative 

C’est ce qui peut nous arriver de pire! 🙂 Retrouver le chemin, la saveur vers son pouvoir intérieur, sa créativité, sa puissance, sa souveraineté, son intuition…de soi à soi…alors qu’importe les résistances, les peurs, les fausses croyances, les censurées du cœur, du corps, du ventre, du sexe,  les cadenassées verrouillées de toutes parts, par protection, les mentalisantes, les psychorigides, les fracassées de l’émotion, les corps niés arides morts, qu’importe toutes nos valises, nos contingences et nos amours névrotiques si nous osions, si nous nous ouvrions, si nous allions rencontrer nos résistances, nos méfiances, nos trahisons des femmes sur les femmes, de ce qui nous a séparé, mis en guerre , en compétition, en rivalité ? Nos croyances sur le féminin qui est ceci ou pas cela ?  Sur ce que nous avons reçu ou pas reçu ? Honoré ou rejeté ? Célébré ou mutilé ?IMG_0740-768x509

Aujourd’hui partout dans le monde, se fait cette bascule dans le temps entre la femme blessée et la femme révoltée, entre la soumise et la guerrière. Il est temps de sortir de cette dualité et de nous pacifier ensemble afin de s’émanciper de ces forces inconscientes et collectives qui nous enchaînent encore. Gratitude à toutes les femmes et aux hommes qui les ont soutenues, qui se sont battu pour nos droits les plus élémentaires et qui continuent de militer pour leur conservation. Il n’est qu à revoir toutes ces images, ces posts et ces vidéos des 670 marches dans le monde le 21 janvier dernier, yes les femmes sont en mouvement et il ne s’agit pas de féminisme revendicateur sinon de féminin unificateur.

  1. Le féminin pluriel, l’éveil des consciences

Pour quoi faire ensuite sinon le porter au monde ? Cet appel collectif irréversible de l’énergie du féminin (présent chez la femme comme chez l’homme) est bien là pour apporter et nourrir le changement tant attendu.

  1. La danse des polarites, célébrer, l’enjeu de la femme

Pour participer pleinement au processus de guérison de l’humanité, la femme est invitée aujourd’hui à s’ouvrir à sa spiritualité féminine, à découvrir son temple intérieur, à oser, s’autoriser à recevoir, à accueillir, pour y installer l’écoute, la profondeur, le respect et l’ouverture du cœur. Que viennent enfin les retrouvailles pour célébrer la danse des polarites de son couple intérieur comme extérieur.

 Pour revenir à nos moutons, en participant, en s’inscrivant au festival du féminin c’est un peu de tout ce cocktail que l’on goûte 🙂

 Question subsidiaire : Est-ce haut perché ?

Réponse subsidiaire: Oulala, sois courageuse, vas voir tu pourras enfin penser, « R e s s e n t i r »  par toi même ! Attention fort taux de conversion 🙂

Sylvie, je te remercie infiniment d’avoir bien voulu partager ton « R e s s e n t i » et tes expériences avec Captain Bangkok. Nous te souhaitons de très belles journées lors de cette 2ème édition!

Mesdames et Mesdemoiselles, si vous n’êtes pas encore inscrites, il n’est pas trop tard !

Vous pouvez contacter Sylvie par mail :   bangkok.womenfestival@yahoo.com ou par téléphone au + 66(0)8 50 20 47 77 
Vous trouverez le programme, en cliquant ici  : www.festivaldufeminin.com/en/bangkok-2/